Edit Content

Seminaire E-Commerce recense pour vous les différents ateliers marketing digital et événements autour du numérique afin de vous accompagner dans votre formation dans le digital.

La gestion des stocks est devenue un enjeu stratégique dans la distribution alimentaire
<div>

Alors qu’un client sur quatre admet changer d’enseigne en cas d’indisponibilité du produit qu’il cherche, la gestion des stocks est devenue un axe stratégique majeur pour les enseignes de distribution alimentaire, qui cherchent à attirer dans un marché en repli.

Le marché de la distribution alimentaire se replie et ses volumes baissent. Ce contexte impose aux enseignes de reconquérir leurs clients. Pour cela, elles ont besoin de marchandise afin d’attirer les acheteurs dans les points de vente. Pour Arthur Caron, directeur des approvisionnements de Monoprix, le fait que près de la moitié des clients* changent d’enseigne en cas de d’absence du produit voulu n’est pas surprenant. Il identifie les ruptures de stocks comme des irritants majeurs chez Monoprix, qui impacte même le NPS de l’enseigne. Ainsi, il considère que la stratégie supply des enseignes alimentaires est prioritaire en comparaison des projets ambitieux à base d’IA générative : « Le cadre de baisse du pouvoir d’achat et l’intransigeance des clients nous imposent un retour aux basiques. » En analysant la stratégie d’approvisionnement de ses rayons, l’enseigne phare des centres-villes a réalisé que son organisation commençait à montrer ses limites. « Aujourd’hui, nous fonctionnons avec une logique bien plus verticale, qui responsabilise les équipes du terrain », commente le directeur des approvisionnements.

Pour donner les clés aux équipes, Monoprix mise sur la data. Les rayons frais des points de ventes sont équipés des technologies de caméra Vusion qui permettent d’analyser le stock en temps réel et d’envoyer des rapports détaillés aux employés en charge des approvisionnements. Cette donnée unique arrive aussi directement sur les bureaux de la direction générale. Le service logistique de l’enseigne observe déjà des résultats encourageants, notamment sur les produits en flux tendus, pour lesquelles les équipes ont gagné un à deux jours de réactivité.

Optimiser la relation fournisseur à l’aide de la data

La grande nouveauté, c’est que cette data est proposée aux fournisseurs. « L’idée est de les impliquer dans notre démarche d’optimisation de notre chaîne logistique, puisque nous voulons la rendre plus fiable de bout en bout », explique Arthur Caron. Il est donc désormais possible pour un fournisseur d’acheter les données récoltées par Vusion et Monoprix, une façon aussi de monétiser le service logistique, jusqu’alors uniquement centre de coûts.

Travailler main dans la main avec les producteurs est aussi un moyen, selon Arthur Caron, de dépasser cette « relation du méchant distributeur qui tape sur le méchant industriel à coups de pénalités logistiques. »

Repenser les promotions

En travaillant au plus proche de chaque extrémité de la chaîne de valeur, Monoprix ambitionne de remodeler sa stratégie de promotions. « Un rabais c’est un argument marketing primordial, mais pour qu’il soit efficace nous devons calculer les volumes de produits de façon précise, afin d’éviter les ruptures ou les pertes« , détaille le directeur des approvisionnements. L’enseigne envisage par exemple de réduire la quantité de référence en promo, tout en boostant les volumes de celles qui se vendent bien. Pour cela, elle a besoin de prévisions de vente précises, qui ne peuvent se faire que par l’analyse des données de stocks.

La fiabilité des stocks face au défi du maillage territorial

Le taux de disponibilité et la fiabilité des stocks sont des enjeux majeurs pour chaque enseigne. Malgré ce défi commun, elles ont leurs problématiques propres concernant la gestion de la chaîne de valeur. Bien que Monoprix et Auchan aient une offre produits similaire, le distributeur géré par l’association familiale Mulliez doit travailler autour de son maillage territorial pour assurer la fiabilité des stocks. « Lorsqu’on a un champ d’action aussi large, il faut analyser le taux de rupture avec méfiance et le pondérer avec l’importance du produit selon la zone de vie », précise Nicolas Dupré, directeur des opérations e-commerce d’Auchan. Pour ses prédictions de vente, l’enseigne utilise une solution de machine learning qui s’adapte en temps réel suivant le site et la saisonnalité. « Concrètement, nous savons que la demande en beurre salé est plus forte en Bretagne que sur la Côte d’Azur, nous adaptons donc nos stocks comme cela. »

* Selon une étude menée par OpinionWay pour Autone.

Source: https://www.ecommercemag.fr/Thematique/logistique-1222/strategie-logistique-2177/Breves/L-enjeu-strategique-de-la-gestion-des-stocks-dans-la-457006.htm

.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Releated Posts